La politique parlementaire dans la famille : les Halldorsons

Article 1 / 14 , Vol 42 No 3 (Automne)

La politique parlementaire dans la famille : les Halldorsons

Elin Salome Halldorson est la première femme élue dans une circonscription rurale et la deuxième femme élue au Parlement du Manitoba. Elle est également la première femme d’origine islandaise élue au Manitoba. Mme Halldorson, que tous appelaient Salome, naît à Lundar, au Manitoba, en 1887 peu après que ses parents immigrent d’Islande. Elle étudie au Wesley College, à l’Université du Manitoba, puis poursuit des études supérieures aux États-Unis et en France. Elle enseigne les langues dans une école islandaise privée de Winnipeg, dont elle devient directrice et doyenne.

Salome est élue députée de St. George à l’Assemblée législative lors de l’élection provinciale de 1936. Pendant sa campagne, elle gagne le cœur de ses électeurs en s’adressant à eux en français, en anglais, en islandais ou en allemand, selon son auditoire. Défenderesse passionnée du mouvement du Crédit social, elle compte parmi les cinq candidats de ce mouvement à avoir obtenu un siège; elle deviendra plus tard la chef du Crédit social du Manitoba. C’est en 1941, à l’élection générale suivante, qu’elle est défaite par Skuli Sigfusson.

Continuer la lecture de « La politique parlementaire dans la famille : les Halldorsons »

La naissance d’un Grand Comité international

Article 2 / 14 , Vol 42 No 3 (Automne)

La naissance d’un Grand Comité international

De nombreuses questions sur lesquelles se penchent les parlements traversent les frontières et les limites territoriales. Des préoccupations au sujet d’une importante atteinte à la protection des données visant des utilisateurs de médias sociaux ont donné lieu à des études similaires en comité parlementaire au Canada et au Royaume-Uni. L’information que les deux comités se sont échangée et la volonté de ces derniers à travailler ensemble ont mené à la création d’un Grand Comité international (GCI) – une série de réunions organisées par des comités parlementaires nationaux existants auxquelles des parlementaires d’autres pays sont invités à participer. Dans cet article, les auteurs décrivent le processus de création du GCI, résument la teneur de deux réunions du GCI et présentent les commentaires que trois parlementaires canadiens qui ont participé à ces réunions ont formulés au sujet des travaux du GCI. Ils concluent en notant que les réunions du GCI ont permis à des parlementaires de différents pays de travailler ensemble sur des questions d’importance et d’intérêt communs, en mettant à profit les comités parlementaires nationaux existants qui agissent à titre d’hôtes et d’intermédiaires pour la tenue de ces réunions internationales; cette structure diffère de celle des travaux des assemblées interparlementaires multilatérales.

Alexandra Savoie et Maxime-Olivier Thibodeau
Continuer la lecture de « La naissance d’un Grand Comité international »

L’initiative Elle, comme candidate : entrevue avec Laura Ross

Article 3 / 14 , Vol 42 No 3 (Automne)

L’initiative Elle, comme candidate : entrevue avec Laura Ross

Elle, comme candidate est une initiative de formation électorale mise en œuvre par la Région canadienne les Femmes parlementaires du Commonwealth (FPC). L’objectif : mettre sur pied des « écoles de formation électorale » non partisanes pour enseigner aux femmes l’art de la campagne électorale afin qu’elles soient mieux outillées pour présenter leur candidature. La formation, qui prend généralement la forme de courtes conférences, épouse le cadre des FPC et s’organise autour de séances et de modules d’enseignement créés pour soutenir les femmes en politique. En entrevue, Laura Ross, présidente de la Région canadienne des FPC, explique de quoi il en retourne.

Propos recueillis par Elena Senechal-Becker

Continuer la lecture de « L’initiative Elle, comme candidate : entrevue avec Laura Ross »

Du tricorne aux gazouillis : le Président de l’Assemblée législative de l’Alberta rejoint le public et renforce la démocratie

Article 4 / 14 , Vol 42 No 3 (Automne)

Du tricorne aux gazouillis : le Président de l’Assemblée législative de l’Alberta rejoint le public et renforce la démocratie

Il échoit au Président de l’Assemblée législative moult responsabilités; au cœur de celles-ci, soulignons l’importance d’interpréter et de faire respecter les règles établies. Mais ce n’est pas tout : à titre d’ambassadeur de l’Assemblée, il doit fournir des explications, des informations ainsi que des ressources sur la démocratie parlementaire. Il porte ainsi le flambeau de la démocratie et des institutions démocratiques. Pour jouer ce rôle et rejoindre un vaste auditoire, le Président de l’Assemblée législative de l’Alberta a élaboré une nouvelle campagne de médias numériques et sociaux qui lui permet de communiquer avec les Albertains et les visiteurs qui souhaitent en apprendre un peu plus sur les processus et traditions parlementaires de la province. Dans son article, l’auteur présente des éléments de la campagne et explique en quoi la neutralité du Président, c’est-à-dire sa position non partisane, constitue un atout précieux pour défendre et promouvoir la démocratie parlementaire auprès des citoyens et des visiteurs.

Continuer la lecture de « Du tricorne aux gazouillis : le Président de l’Assemblée législative de l’Alberta rejoint le public et renforce la démocratie »

La dimension politique de la réduction du nombre de sièges dans les assemblées législatives du Canada

Article 5 / 14 , Vol 42 No 3 (Automne)

La dimension politique de la réduction du nombre de sièges dans les assemblées législatives du Canada

Comment les assemblées législatives canadiennes déterminent-elles le bon nombre de représentants qu’elles doivent compter? Il n’existe aucune réponse objective à cette question. Dans le présent article, l’auteur explique le raisonnement que l’on utilise le plus couramment pour favoriser ou contrecarrer les propositions de réduction du nombre de sièges au sein d’une assemblée législative. Il conclut que, peu importe qu’une personne croie ou non que l’Assemblée législative devrait compter plus ou moins de députés, ce qui importe en définitive, c’est l’importance du rôle que les députés y jouent. L’information présentée ici est une synthèse de l’article « Fewer politicians and smaller assemblies: How party elites rationalize reducing the number of seats in a legislature — Lessons from Canada », qui a été publié par l’auteur dans un numéro récent du Journal of Legislative Studies.

Continuer la lecture de « La dimension politique de la réduction du nombre de sièges dans les assemblées législatives du Canada »

La réduction de sièges au Parlement : tenir compte du contexte

Article 6 / 14 , Vol 42 No 3 (Automne)

La réduction de sièges au Parlement : tenir compte du contexte

Dans cet article, l’auteure explique pourquoi la population ne serait pas nécessairement mieux servie si elle était représentée par un moins grand nombre d’élus. Elle expose les multiples aspects caractérisant le travail dans les circonscriptions et explique comment la configuration géographique, particulièrement dans les régions rurales ou nordiques, peut constituer un obstacle lorsque vient le temps, pour un élu, de communiquer avec ses citoyens et d’écouter leurs préoccupations. Selon l’auteure, bien que les avancées technologiques facilitent la communication avec les citoyens, il n’en demeure pas moins que les régions ne disposent pas toutes de réseaux de communication adéquats. En outre, l’économie que représenterait l’abolition de sièges n’est pas aussi significative qu’on pourrait le penser : les simples députés ont beaucoup plus de responsabilités que ce que l’on croit, et la réduction de sièges au Parlement ne faciliterait pas nécessairement la tâche aux partis lorsque viendrait le temps de trouver tous les candidats nécessaires pour l’ensemble des circonscriptions. Pour conclure, l’auteure soutient qu’il faudrait d’abord changer le système lui-même, et se pencher ensuite sur la réduction ou l’augmentation du nombre de représentants au sein du système.

Les élus accomplissent beaucoup de travail dans l’ombre, loin du regard de tous. Ce qui se passe dans la Chambre de l’Assemblée législative n’est que la pointe de l’iceberg; le public n’est pas nécessairement conscient des multiples aspects caractérisant le travail dans les circonscriptions. Ce que le public voit par l’abolition de sièges, c’est un nombre réduit de politiciens. Ce qu’il ne peut voir, cependant, c’est le préjudice que cela porte à notre démocratie.

Continuer la lecture de « La réduction de sièges au Parlement : tenir compte du contexte »

Plus d’élus ou des élus mieux soutenus?

Article 7 / 14 , Vol 42 No 3 (Automne)

Plus d’élus ou des élus mieux soutenus?

Dans le présent article, l’auteure soutient que les Canadiens ont besoin non pas d’avoir un plus grand nombre de parlementaires, mais de mieux les soutenir. Tout en admettant qu’il n’existe pas de formule universelle permettant de déterminer la taille d’une assemblée, elle mentionne néanmoins que bon nombre de pays ayant un ratio supérieur de représentants par habitant fonctionnent bien lorsque les parlementaires disposent d’un effectif suffisant et des ressources nécessaires pour accomplir efficacement leur travail. Elle invite les Canadiens à se demander si leurs représentants leur en donnent pour leur argent, c’est-à-dire pour ce qu’ils versent en impôt afin de payer leurs salaires et leurs pensions, et croit qu’on devrait privilégier la qualité des services offerts par les parlementaires plutôt que la quantité de représentants. Donnant comme exemple les recherches intenses et tout le travail qu’exige la rédaction des mesures législatives, elle fait remarquer que les Canadiens en auraient plus pour leur argent si les parlementaires pouvaient affecter des employés aux activités courantes et aux projets spéciaux plutôt que d’éparpiller ces ressources parmi un plus grand nombre de politiciens qui, par manque de moyens, s’en remettent aux notes d’allocution fournies par les bureaux des partis.

K. Kellie Leitch
Continuer la lecture de « Plus d’élus ou des élus mieux soutenus? »

Perspectives sur le rôle du ministre de l’Éducation

Article 8 / 14 , Vol 42 No 3 (Automne)

Perspectives sur le rôle du ministre de l’Éducation

L’éducation est un portefeuille important pour tout cabinet provincial ou territorial. Le ministre de l’Éducation prend des décisions et collabore avec d’autres pour s’acquitter de fonctions précises qui touchent les étudiants et la société dans son ensemble. On considère généralement qu’il contribue grandement à façonner l’avenir et, à ce titre, la pression de réussir et de bien faire son travail est énorme. Étonnamment, pour un poste aussi important, les personnes nouvellement nommées à ce poste se retrouvent souvent mal préparées à tout ce que l’on attend d’elles. Dans le présent article, l’auteur, ancien ministre de l’Éducation d’un territoire, résume ses recherches de doctorat sur le leadership en éducation. Au moyen d’entrevues avec d’autres anciens ministres de l’Éducation de partout au pays et de tous les horizons politiques, il a cherché à obtenir une compréhension interprétative du poste à partir de la lorgnette de l’identité. Les témoignages des anciens ministres se recoupent en quatre thèmes : le changement d’identité, l’expression de l’identité, l’éducation à l’identité et la confiance dans l’identité. Il conclut en exprimant l’espoir que son analyse et ses recherches nous aideront à mieux préparer les personnes qui occupent ces postes à comprendre leurs rôles et responsabilités.

Patrick Rouble
Continuer la lecture de « Perspectives sur le rôle du ministre de l’Éducation »

Le « Parlement ouvert » : plus que de simples données

Article 9 / 14 , Vol 42 No 3 (Automne)

Le « Parlement ouvert » : plus que de simples données

Un sommet mondial de trois jours sur le gouvernement ouvert a réuni à Ottawa, en mai 2019, un groupe diversifié de législateurs, d’intervenants, de militants, d’éducateurs et d’employés gouvernementaux du monde entier. Dans le présent article, l’auteure met l’accent sur les discussions qui émergent du volet parlementaire de la conférence, explique comment un « parlement ouvert » peut avoir des significations différentes dans les démocraties émergentes ou établies et note comment les nouveaux progrès technologiques aident les parlementaires à s’acquitter de leurs fonctions d’une manière auparavant inimaginable.

Wendy Reynolds
Continuer la lecture de « Le « Parlement ouvert » : plus que de simples données »

Séminaire du GCEP : Le mouvement #MeToo (#MoiAussi) et le Parlement

Article 10 / 14 , Vol 42 No 3 (Automne)

Séminaire du GCEP : Le mouvement #MeToo (#MoiAussi) et le Parlement

Le mouvement #MeToo (#MoiAussi) a marqué un tournant décisif dans l’évolution de la culture en milieu de travail, en particulier pour les femmes dans les domaines traditionnellement dominés par les hommes. Le 29 mars 2019, le Groupe canadien d’étude des parlements a tenu un colloque afin d’explorer l’impact du mouvement #MeToo sur les partis, la politique et la Colline parlementaire.

Charlie Feldman
Continuer la lecture de « Séminaire du GCEP : Le mouvement #MeToo (#MoiAussi) et le Parlement »