Sur les rayons

Article 9 / 12 , Vol 40 No 2 (Été)

Sur les rayons

Constitutional Amendment in Canada, sous la direction d’Emmett Macfarlane, University of Toronto Press, Toronto, 2016, 337 pages

Le Canada dispose d’un système très complexe pour modifier sa Constitution écrite, qui a valeur officielle. Ce recueil d’essais, publié sous la direction d’Emmett Macfarlane, est un guide fort utile pour en comprendre les subtilités.

Sur les rayons Vol 39 No 4

Article 10 / 13 , Vol 39 No 4 (Hiver)

Sur les rayons

Le Canada français et la Confédération : Fondements et bilan critique. Jean-François Caron et Marcel Martel, Presses de l’Université Laval, Québec, 2016, 174 pages

À l’aube du 150e anniversaire de la Confédération, bon nombre de nouveaux ouvrages d’érudition nous invitent à réfléchir à cette période formatrice de l’histoire du Canada et à l’évolution du pays au long du siècle et demi qui suivit. Dans Le Canada français et la Confédération, édité par Marcel Martel, historien et Jean-François Caron, politicologue, un groupe de six intellectuels s’interroge sur ce que l’accord sur la confédération était censé accomplir sur le plan de la dualité linguistique et culturelle et sur l’évolution de cette dynamique depuis les années 1860. Bien qu’à maints égards l’ouvrage ne soit qu’une synthèse de ce que l’on sait déjà en la matière, il constitue une bonne introduction sur la relation des Canadiens francophones avec la Confédération et la gamme de leurs expériences du fédéralisme. Il expose par ailleurs indirectement le gouffre de plus en plus vaste qui sépare les milieux universitaires francophone et anglophone au Canada; en effet, bon nombre de ses observations rappellent celles de l’historien Arthur Silver dans son excellent ouvrage The French-Canadian Idea of Confederation, publié en 1982.

Sur les rayons Vol 39 No 3

Article 8 / 11 , Vol 39 No. 3 (Automne)

Sur les rayons

Made in Nunavut : An Experiment in Decentralized Government, Jack Hicks and Graham White, University of British Columbia Press, Vancouver, 2015, 375 pages

Jack Anawak faisait partie du cabinet du gouvernement du Nunavut lorsqu’il a publiquement dénoncé, en 2003, la décision du cabinet de déménager à Baker Lake des bureaux de la fonction publique alors situés dans sa localité, Rankin Inlet. Ayant ainsi rompu la solidarité ministérielle, il fut démis de ses fonctions et expulsé du conseil exécutif. J’occupais à l’époque le premier poste de ma carrière au cabinet du gouvernement du Nunavut. J’estime encore aujourd’hui que cet événement, qui déclencha un grand débat public, est un bel exemple de l’application concrète des conventions constitutionnelles canadiennes. C’était également une manifestation frappante de deux décennies de différends au Nunavut dans le dossier de la politique dite de décentralisation.

Sur les rayons Vol 38 No 4

Article 9 / 13 , Vol 38 No.4 (Hiver)

Sur les rayons

Ces constitutions qui nous ont façonnés : anthologie historique des lois constitutionnelles antérieures à 1867 Guy Laforest, Eugénie Brouillet, Alain-G. Gagnon et Yves Tanguay, Presses de l’Université Laval, Québec, 2014, 372 pp.

Guy Laforest Eugénie Brouillet, Alain-G. Gagnon and Yves Tanguay. The Constitutions that Shaped Us: A Historical Anthology of Pre-1867 Canadian Constitutions, McGill-Queens University Press, Montreal, 2015, 360 pp.

Sur les rayons Vol 38 No 3

Article 6 / 10 , Vol 38 No 3 (Automne)

Sur les rayons

Joseph Tassé, Lord Beaconsfield and Sir John A. Macdonald: A Personal and Political Parallel (Montréal, 1891), traduit du français par James Penny, nouvelle édition annotée par Michel W. Pharand, School of Policy Studies, Université Queen’s, McGill-Queen’s University Press, 2015, 85 p.

Voilà un ajout précieux au petit nombre d’ouvrages publiés en cette année qui marque le 200e anniversaire de sir John A. Macdonald. Michel W. Pharand, directeur de longue date du projet Disraeli à l’Université Queen’s, compare la version originale de la brochure de Tassé, publiée pour la première fois en 1880, et la traduction produite par James Penny en 1891. Dans cette édition, M. Pharand observe avec l’attention rigoureuse d’un spécialiste le texte original et la traduction, puis informe le lecteur de ses nombreuses corrections. Il présente aussi une série remarquablement complète de notes visant à établir le contexte, ainsi que des explications fort instructives.

Sur les rayons Vol 38 No 2

Article 8 / 11 , Vol 38 No 2 (Été)

Sur les rayons

Les surveillants de l’État démocratique : mise en contexte, edited by Jean Crête, Presses de l’Université Laval, Montreal, 216 p.

Les surveillants de l’État démocratique, sous la direction de Jean Crête, propose une analyse des divers mécanismes de surveillance. Cet ouvrage collectif montre la nécessité des institutions et des mécanismes qui imposent des contraintes aux dirigeants de l’État démocratique. Des exemples d’abus existent dans tous les types de société, incluant les sociétés démocratiques comme le Canada, avec l’exemple récent du scandale des commandites. La mise en place d’outils et de mécanismes dont l’objectif est la vérification ou la surveillance aide à contourner, à identifier et à prévenir les abus. Par l’entremise d’études empiriques, les auteurs démontrent que, même si les contraintes sont un élément essentiel de la démocratie, elles entraînent un coût.

Sur les rayons Vol 38 No 1

Article 9 / 12 , Vol 38 No 1 (Printemps)

Sur les rayons

Demeurer loyal : la social-démocratie au Québec et en Saskatchewan, de David McGrane, Presses de l’Université McGill-Queen’s University, Montréal et Kingston, 373p.

David McGrane est l’auteur d’un ouvrage ambitieux sur la social-démocratie en Saskatchewan et au Québec. Sa thèse est que les gouvernements du CCF-NPD et du PQ étaient sociaux-démocratiques dans le sens traditionnel sous le règne de premiers ministres comme Tommy Douglas et Allan Blakeney, en Saskatchewan, et René Levesque et Jacques Parizeau, au Québec. McGrane croit que les gouvernements subséquents ont évolué vers la troisième voie de la social-démocratie sous le règne d’autres premiers ministres, notamment Roy Romanow et Lorne Calvert, en Saskatchewan, et Bernard Landry et Pauline Marois, au Québec.

Sur les rayons Vol 37 No 4

Article 8 / 9 , Vol 37 No 4 (Hiver)

Sur les rayons

Discovering Confederation: A Canadian’s Story, de Janet Ajzenstat, McGill-Queen’s University Press, Montréal et Kingston, 158 p.

Mme Janet Ajzenstat raconte que son directeur de thèse à l’Université de Toronto, Allen Bloom, lui a conseillé un beau jour de choisir un excellent livre et de le lire avec bienveillance – comme pour montrer l’auteur sous son meilleur jour. Il est d’ailleurs facile de lire avec bienveillance cette biographie intellectuelle de la principale experte au Canada sur les origines politiques du pays, qui a été bien accueillie. En effet, on ne peut manquer d’admirer cet aperçu d’une philosophe politique, qui a bien compris la Constitution canadienne de 1867 et la démocratie parlementaire prônée par celle-ci.

Sur les rayons Vol 37 No 3

Article 9 / 10 , Vol 37 No 3 (Automne)

Sur les rayons

Conservatism in Canada, publié sous la direction de James Farney et David Rayside, University of Toronto Press, Toronto, 2013, 400 p.

Après trois victoires majoritaires consécutives du Parti libéral en 1993, 1997 et 2000, beaucoup avaient le sentiment que la domination libérale de la politique canadienne serait sans fin. Certes, Jean Chrétien n’avait peut-être pas exactement été aimé mais, quand son ministre des Finances, la superstar Paul Martin, a inévitablement pris la direction du parti, sa majorité allait inévitablement s’agrandir.

Sur les rayons Vol 37 No 2

Article 12 / 14 , Vol 37 No 2 (Été)

Sur les rayons

Gendered News: Media Coverage and Electoral Politics in Canada par Elizabeth Goodyear-Grant, UBC Press, Vancouver, 2013, 246 p.

Début février, la députée libérale Chrystia Freeland pose sa première question aux Communes. Pour la plupart des députés, c’est un moment fort de la carrière. Pour Freeland, qui a remporté de justesse en novembre une élection partielle à Toronto, c’est un baptême du feu. L’ancienne chroniqueuse économique est en train de demander quelles sont les perspectives de reprise économique quand les rangs conservateurs se mettent à la chahuter. Le Président intervient deux fois, mais les voix pour la plupart masculines n’en crient que plus fort. À sa troisième tentative, Freeland doit tronquer sa question. Après la réponse toute faite d’un ministre, D. Matthew Millar, un journaliste du Vancouver Observer, lui conseille ceci : « Prends ta voix de « grande fille » pour la période de questions », lui gazouille-t-il, « les verres d’eau des honorables députés volent en éclat (sic) ».