Les parlementaires et la santé mentale: une conversation franche

Les parlementaires et la santé mentale: une conversation franche

Un Canadien sur cinq aura, à un moment donné dans sa vie, un problème de santé mentale. Pourtant, malgré les importantes mesures prises pour éliminer la stigmatisation des problèmes de santé mentale, les gens qui éprouvent des symptômes aigus ou vivent des épisodes sévères ont souvent l’impression de devoir se battre seuls et en silence. Les emplois liés à un stress élevé, par exemple en politique ou au Parlement, sont souvent associés à une première manifestation ou à la réapparition de ces problèmes en raison de certains facteurs déclencheurs. La nature très publique de cet emploi et le besoin constant d’être réélus rendent les politiciens hésitants à divulguer leurs problèmes de santé mentale. Ces dernières années, toutefois, ils semblent davantage disposés à le faire, même lorsqu’ils sont en poste, et à dire ouvertement qu’ils doivent en même temps gérer un problème de santé mentale. Trois parlementaires qui ont dévoilé publiquement leur problème de santé mentale participent à la table ronde pour parler de leur expérience du travail de parlementaire malgré ce problème. Avec une franchise désarmante, ces personnes racontent leur histoire et en profitent pour dire à tous ceux qui se trouvent dans cette situation de persévérer, même dans les moments les plus difficiles. Les participantes, tout en reconnaissant que ce défi est un écueil dans leur travail, affirment néanmoins que cette épreuve a eu des répercussions positives en les rendant capables de compassion et de réalisme, et en leur permettant d’acquérir une perspective unique qui les font exceller dans certains aspects de leur emploi.

Cette table ronde a eu lieu en novembre 2017.

Être guide parlementaire au Canada

Être guide parlementaire au Canada

Les guides du Parlement fédéral et des assemblées législatives provinciales et territoriales jouent un rôle éducatif de premier plan. Dans certains cas, ils sont le premier point de contact pour les Canadiens, les nouveaux venus et les touristes qui souhaitent en apprendre davantage sur le système politique canadien. À l’occasion d’une table ronde animée par Mariya Kvitlana Tsap, stagiaire à la Revue parlementaire canadienne, sept guides et agents des visites de la Colombie-Britannique, du Manitoba, du Nouveau-Brunswick, de l’Ontario, du Québec et de la Colline du Parlement décrivent leur journée de travail typique, racontent des anecdotes mémorables qu’ils ont vécues et donnent leur avis sur les faits les plus inusités concernant leur édifice respectif et les programmes qui pourraient intéresser les visiteurs.

RPC : À quoi ressemble une journée de travail normale pour vous?

Table ronde : Harcèlement des politiciennes dans les médias sociaux

Table ronde : Harcèlement des politiciennes dans les médias sociaux

Pour les politiciens, serrer des mains, embrasser des bébés, couper des rubans ou faire l’objet d’acerbes diatribes de citoyens mécontents font partie du métier. Cependant, les parlementaires de sexe féminin sont de plus en plus nombreuses à souligner et à dénoncer une forme particulière et de plus en plus fréquente d’intimidation, de harcèlement et de menaces sexospécifiques sur les médias sociaux. Dans la cadre de la présente table ronde, trois actuelles ou anciennes femmes parlementaires discutent de la violence dont elles ont été victimes, de leurs réactions à une telle violence et de ce qu’il faut faire, selon elles, pour la combattre.

Héritières du suffrage

Héritières du suffrage

Le 8 mars 2017, à l’occasion de la Journée internationale des femmes, 338 jeunes femmes âgées de 18 à 23 ans ont occupé tous les sièges de la Chambre des communes. Le programme Héritières du suffrage de l’organisme À voix égales, qui a connu un franc succès, visait à souligner le 100e anniversaire de l’obtention du droit de vote aux élections fédérales pour certaines femmes. Il a suscité une attention positive dans des médias partout au Canada et dans le monde. Comme le révèlent les déléguées du programme dans cette table ronde éclairante, l’inspiration qu’elles ont puisée les unes auprès des autres et au contact des femmes parlementaires qu’elles ont rencontrées en route vers Ottawa et pendant leur semaine dans la capitale nationale aura une portée considérable, notamment lorsqu’elles partageront tout ce qu’elles ont appris avec les membres de leurs collectivités et qu’elles mettront ces connaissances en pratique dans leurs propres projets.

RPC : Qu’avez-vous retenu de cette expérience en tant que jeunes femmes qui s’intéressent à la politique, mais ont peut-être peu d’expérience en politique parlementaire ou partisane, voire aucune?

Le système parlementaire révisé de majorité additionnelle – une solution de rechange à la réforme électorale

Le système parlementaire révisé de majorité additionnelle – une solution de rechange à la réforme électorale

Au cours de cette table ronde, des panélistes participant à une conférence du Groupe canadien d’étude des parlements sur l’histoire des réformes électorales au Canada ont abordé les raisons qui expliquent pourquoi le Canada a adopté son système actuel, le système uninominal majoritaire à un tour, les autres options ou expériences tentées dans certaines provinces canadiennes, puis ils ont commenté le changement perceptible quant au véritable moteur de la réforme électorale et pourquoi les attentes sur le processus de mise en œuvre de la réforme peuvent avoir changé.

Table ronde : Réforme parlementaire : le chemin parcouru et les orientations potentielles

Table ronde : Réforme parlementaire : le chemin parcouru et les orientations potentielles

En mai 2015, le Groupe canadien d’étude des parlements a tenu une conférence à Ottawa pour discuter des initiatives de réforme parlementaire du passé, du présent et de l’avenir. Quelques-uns des intervenants à la table ronde ont traité des réformes récentes et des perspectives de changement à court terme au Parlement et ont exprimé leur optimisme ou leur pessimisme devant les chances d’une évolution favorable.

RPC : Le programme de la conférence du Groupe canadien d’étude des parlements était structuré en toute souplesse autour de trois axes : qu’avons-nous fait, où en sommes-nous et où allons-nous? Je voudrais reprendre une structure semblable ici. Pourriez-vous nous dire rapidement comment le Parlement a changé et évolué au cours des 20 ou 30 dernières années?

Table ronde : De nouveaux parlementaires échangent leurs premières réflexions sur la vie parlementaire

Table ronde – La vie après le Parlement : Le rôle des associations d’ex-parlementaires

Table ronde – La vie après le Parlement : Le rôle des associations d’ex-parlementaires

Vient un moment où tout parlementaire devient un ex-parlementaire. Au cours des dernières décennies, des associations d’anciens parlementaires ont été formées pour faciliter la transition et entretenir les liens sociaux tissés entre ces hommes et ces femmes pendant leurs années au sein d’une assemblée législative. Dans le cadre de cette table ronde, la Revue parlementaire canadienne a réuni des membres de plusieurs associations provinciales d’ex parlementaires qui discutent des travaux de leurs organisations et décrivent toute l’expérience que celles-ci peuvent apporter dans le cadre des projets de recherche et de liaison actuels des assemblées législatives.

Table ronde : Retouches obligées dans la forme : produire les journaux des débats au Canada

Table ronde : Retouches obligées dans la forme : produire les journaux des débats au Canada

Produisant les transcriptions officielles des débats parlementaires, les journaux des débats au Canada ont la responsabilité d’offrir aux parlementaires et aux citoyens du Canada un compte rendu juste et précis de ce qui se produit tous les jours sur le parquet des assemblées législatives. À cette table ronde, quatre directeurs/rédacteurs en chef de journaux des débats canadiens discutent de la façon dont travaillent leurs équipes pour faire la transition entre « le pittoresque des débats et le caractère formel du texte ».

Table ronde : Les personnes handicapées en politique parlementaire

Table ronde : Les personnes handicapées en politique parlementaire

Bien que les parlementaires et les personnalités publiques handicapés aient acquis de la notoriété au cours de la dernière décennie au Canada, de nouvelles études démontrent que les personnes ayant un handicap déclaré ne briguent pas de charge publique proportionnellement à leur présence dans la population en général. Dans le cadre de la présente table ronde, la Revue parlementaire canadienne a réuni des universitaires, des parlementaires et des titulaires de charge publique qui s’intéressent à la politique et aux personnes handicapées pour discuter de la situation de ces dernières en politique parlementaire et trouver des stratégies qui amélioreraient l’accessibilité de la vie politique pour tous les Canadiens.

RPC : M. Levesque, vos recherches récentes indiquent que les personnes handicapées ne briguent pas les suffrages dans une proportion représentative de leur présence dans la population en général. Pourquoi le taux de participation à la vie politique des personnes handicapées est-il si faible?