Le Club des cinq de l’Î.-P.-É.

Article 1 / 7 , 45 no 3 (Automne)

Le Club des cinq de l’Î.-P.-É.

La plupart des Canadiens férus d’histoire connaissent les Célèbres cinq, ces cinq Albertaines dont la pétition adressée en 1927 à la Cour suprême du Canada (l’affaire « personne ») a mené à la reconnaissance des femmes en tant que personnes aux yeux de la loi. Le quintette victorieux, soit les militantes Henrietta Muir Edwards, Nellie McClung, Louise Crummy McKinney, Emily Murphy et Irene Parlby, est devenu une figure emblématique de la défense des droits des femmes. Or, moins nombreux sont les Canadiens qui connaissent le pendant prince-édouardien des « Célèbres cinq », à savoir les cinq femmes qui, en 1993, ont accédé à cinq postes clés au sein de l’administration provinciale de l’Île-du-Prince-Édouard. C’était alors la première fois que les femmes atteignaient un tel niveau de représentation dans une administration canadienne.

Sean McQuaid

Le retour de Callbeck

Indépendamment de l’apport de ses consœurs, les autres Célèbres cinq des temps modernes, l’honorable Catherine Callbeck aura marqué l’année 1993 en réalisant une percée historique. Vétérane de la politique à l’Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É.), ayant été députée provinciale et ministre dans les années 1970, Mme Callbeck avait quitté la politique active en 1978 pour se consacrer à l’entreprise familiale (Callbecks Ltd.). Après avoir effectué un retour en politique une décennie plus tard en tant que députée fédérale en 1988, Mme Callbeck est revenue à la politique provinciale en 1993 en briguant – avec succès – le poste nouvellement vacant de chef du Parti libéral de l’Î.-P.-É., alors au pouvoir. Elle est ainsi devenue la première femme chef du parti ainsi que la première femme première ministre de l’Î.-P.-É. Nommée première ministre en janvier, elle a reconduit son parti au pouvoir lors de l’élection qui a suivi en mars, devenant alors la toute première femme élue première ministre de l’Î.-P.-É. et la première première ministre provinciale élue au Canada.

Le facteur Mella

Cette année-là a été difficile pour les progressistes-conservateurs (PC). La version fédérale du parti a remporté seulement deux sièges aux élections fédérales de 1993, et les PC provinciaux de l’Î.-P.-É. ont eu encore moins de chance en mars de la même année, n’ayant réussi qu’à conserver un seul siège. Cet unique siège de l’opposition était occupé par l’honorable Pat Mella. Après avoir été membre du corps professoral du Collège St. Patrick’s d’Ottawa, Mme Mella était revenue à l’Î.-P.-É pour élever sa famille et enseigner dans les écoles secondaires. Elle avait également remporté la course à la direction du Parti progressiste-conservateur provincial en 1990, ce qui avait fait d’elle la première femme chef d’un parti politique dans l’histoire de l’Île-du-Prince-Édouard. L’élection de 1993, qui opposait ses progressistes-conservateurs aux libéraux de Mme Callbeck, est aussi passée à l’histoire : pour la première fois, les deux principales candidates au poste de première ministre étaient des femmes. En tant que seule députée du Parti progressiste-conservateur de l’Î.P.É. élue en 1993, Mme Mella a ensuite occupé le poste de chef de l’opposition officielle à l’Assemblée législative.

Trois présidentes

Mmes Callbeck et Mella ne sont pas les seules femmes éminentes de l’Assemblée législative de 1993. L’honorable Nancy Guptill, députée libérale depuis 1987 (et ministre du Cabinet de 1989 à 1993), a été élue Présidente de l’Assemblée législative après les élections de 1993; sa collègue de caucus Elizabeth « Libbe » Hubley (députée depuis 1989), elle, en est devenue la vice-présidente. Mmes Guptill et Hubley ont chacune été la deuxième femme à occuper leur poste respectif dans l’histoire de l’Î.P.É.. La première femme à occuper ces deux rôles a été l’honorable Marion L. Reid. Élue pour la première fois à l’Assemblée législative de l’Île-du-Prince-Édouard en 1979, Mme Reid a occupé les postes de vice-présidente (1979-1983) et de Présidente (1983-1986) avant de quitter la politique électorale en 1989. Nommée lieutenante-gouverneure de l’Île-du-Prince-Édouard en 1990, elle a été la première femme à occuper ce rôle dans la province, ainsi que la première femme lieutenante-gouverneure dans le Canada atlantique.

Le Club des cinq

Puisque Mme Reid était déjà lieutenante-gouverneure depuis 1990, l’ascension de Mmes Callbeck, Mella, Guptill et Hubley à leurs nouveaux postes en 1993 signifiait que les cinq rôles exécutifs et parlementaires les plus puissants du gouvernement de l’Î.P.É. étaient maintenant occupés par des femmes, pour la première (et, jusqu’à présent, la seule) fois dans l’histoire de la province. C’était également une première au Canada, et ce résultat ne s’est jamais reproduit dans aucune administration canadienne. Le quintette a alors été surnommé le « Club des cinq » de l’Î.P.É.

L’ère du Club des cinq a duré moins de trois ans. Mme Reid a quitté le poste de lieutenante-gouverneure en 1995, les mandats des autres ont tous pris fin en 1996, et les cinq femmes ont été remplacées par des hommes. Cela dit, cette période demeure une étape importante pour la représentation politique des femmes au Canada, et d’autres ont depuis suivi les traces du Club des cinq, l’Î.P.É. ayant eu plusieurs Présidentes, vice-présidentes et lieutenantes-gouverneures dans les années qui ont suivi.

Un moment immortalisé

Lors de l’ouverture de la session printanière de 1993 à l’Assemblée législative de l’Î.P.É., le photographe officiel du gouvernement provincial, Brian Simpson, a pris une photo des femmes qui seront plus tard connues sous le nom du « Club des cinq ». En octobre 2021, un agrandissement encadré de cette photographie a été placé en exposition permanente dans la Chambre de l’Assemblée législative. Parmi les personnalités présentes à la cérémonie marquant l’occasion figuraient toutes les députées actuelles de l’Île-du-Prince-Édouard : Trish Altass, Michele Beaton, Hannah Bell, Karla Bernard, l’honorable Darlene Compton, l’honorable Natalie Jameson et Lynne Lund.

Le Club des cinq de l’Î.-P.-É., en 1993 (dessous) et lors d’une réunion a l’occasion du 25e anniversaire du groupe en 2018.

Pour plus d’informations sur le « Club des cinq », visitez le site web: https://www.peifamousfive.ca/ [DISPONIBLE EN ANGLAIS SEULEMENT]

Top