Les T.N.-O marquent encore une fois l’histoire

Article 8 / 9 , vol 44 no 3 (Automne)

Les T.N.-O marquent encore une fois l’histoire

Le 1er octobre 2019, les élections générales des Territoires du Nord-Ouest ont marqué un changement profond dans la composition de l’Assemblée législative. Avant les élections, seulement deux des dix-huit députés étaient des femmes. Après avoir mené une campagne pour encourager un plus grand nombre de femmes à s’engager dans la politique territoriale, neuf femmes ainsi que dix hommes ont été élus pour former la nouvelle Assemblée, constituée de dix-neuf députés. L’Assemblée des T.N.-O. est passée de celle avec la plus faible proportion de femmes à celle ayant la plus grande représentation féminine, atteignant presque la parité entre les sexes. En 2021, des élections partielles ont fait en sorte que les femmes députées sont maintenant majoritaires à l’Assemblée. Dans cet article, l’auteur raconte les événements qui ont mené à ce moment historique.

Will Stos

Les Territoires du Nord-Ouest sont considérés comme des pionniers en matière de diversité et de représentation. Depuis la réinstauration d’un gouvernement responsable, en 1983, la majeure partie de ses députés et de ses premiers ministres sont autochtones. En 1991, Nellie Cournoyea devient la première femme autochtone et seulement la deuxième femme à devenir première ministre au Canada.

Cependant, malgré la réussite précoce de Mme Cournoyea, les femmes ont rarement représenté plus de 10 % des députés des T.N.-O. À l’aube des élections générales de 2019, la proportion de femmes parlementaires y était la plus faible au pays. Les députés des T.N.-O. étaient parfaitement conscients du retard en matière d’égalité des sexes au sein de l’Assemblée.

L’une des priorités lors de la 18e Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest était de soutenir « des initiatives conçues pour hausser le nombre de femmes voulant se présenter à des élections ». Le 8 mars ٢٠١٨, les députés de l’Assemblée ont adopté à l’unanimité une motion ayant comme objectif d’augmenter la représentation des femmes à la Chambre de 20 % d’ici 2023 et de 30 % d’ici 2027.

En octobre 2018, un comité spécial de députés, présidé par Julie Green, a été mis sur pied, avec pour mandat de trouver et de recommander des façons d’atteindre cet objectif. Certaines des idées proposées dans le rapport provisoire du comité et approuvées par l’Assemblée étaient : faire de la garde des enfants une dépense électorale déductible et une dépense admissible dans le cadre des indemnités de travail en circonscription, créer un congé parental de quatre mois pour les députés, apporter à l’édifice législatif des modifications bénéfiques pour les familles, et fournir plus de fonds pour la formation sur l’organisation des campagnes électorales.

Les membres du comité ont finalement rejeté la recommandation de créer des « mesures spéciales temporaires » garantissant un nombre minimum de femmes députées de crainte qu’il ne s’agisse que d’une mesure symbolique. Toutefois, ils avaient l’intention de la reconsidérer s’il n’y avait pas de changement positif quant à la représentation des femmes lors des élections de 2019.

La publicité engendrée par le comité a incité de nombreuses femmes à s’engager dans la discussion et le débat concernant la représentation. Elle a également encouragé un certain nombre d’entre elles à se porter candidates ou à travailler pour d’autres candidates.

Le résultat est stupéfiant. L’Assemblée des Territoires du Nord-Ouest est passée de l’Assemblée canadienne ayant la plus faible proportion de femmes parlementaires à celle dont la représentation est la plus forte. L’Assemblée non partisane a élu une majorité de femmes pour siéger à son cabinet, qui compte six députés, et une femme est devenue première ministre. Jane Weyallon Armstrong est devenue la première députée de Monfwi lors des élections partielles de 2021, faisant de l’administration des Territoires du Nord-Ouest le premier ordre de gouvernement à compter une majorité de femmes dans une Assemblée élue au Canada.

Mme Weyallon Armstrong a déclaré aux journalistes qu’elle n’avait « pas pensé à [son] genre » lorsqu’elle avait décidé de présenter, affirmant l’avoir fait « avec [de] bonnes intentions et [parce qu’elle] voulai[t] simplement faire un bon travail pour les gens ».

Mme Weyallon Armstrong a entendu parler de la nature historique de sa candidature alors qu’elle faisait campagne, mais « beaucoup de personnes [lui] ont dit qu’ils espéraient une femme, que le point de vue d’une femme leur est important ».

Notes
1 Green, Julie. « Assemblée législative des T.N.-O. : les femmes atteignent la parité sans les sièges garanti [sic] », Revue parlementaire canadienne, vol. 42, no 4, 2019. http://www. revparlcan.ca/fr/assemblee-legislative-des-t-n-o-les-femmes-atteignent-la-parite-sans-les-sieges-garanti/

2 De Ciccio, Mario. « Une assemblée législative à majorité féminine aux Territoires du Nord-Ouest », Radio-Canada, 29 juillet 2021. https:// ici.radio-canada.ca/nouvelle/1812632/tno-femmes-majorite-politique-nord

Top