Sarah Ramsland : pionnière de la politique et des services bibliothécaires

Article 15 / 15 , Vol 43 No. 1 (Printemps)

Sarah Ramsland : pionnière de la politique et des services bibliothécaires

Après avoir remporté l’élection partielle à la suite du décès soudain de son mari, Sarah Katherine Ramsland devient la première députée à l’Assemblée législative de la Saskatchewan en 1919. Occupant son siège jusqu’à sa défaite en 1925, Mme Ramsland travaille ensuite à la bibliothèque législative de la province de 1926 à 1930. Reconnue pour sa dignité, sa fermeté et sa franchise, Mme Ramsland est célébrée en Saskatchewan pour son rôle de pionnière à titre de première députée à l’Assemblée législative, ses contributions novatrices aux services bibliothécaires et son regard qui veille sur la salle de lecture de la bibliothèque depuis 100 ans!

Melissa K. Bennet

De nos jours, les pratiques et politiques du milieu parlementaire canadien, qui exigent des services législatifs impartiaux, empêcheraient un politicien de passer à un rôle neutre au sein des services législatifs. Or, ce ne fut pas toujours le cas. Ainsi, la première députée de l’Assemblée législative de la Saskatchewan, Sarah Katherine Ramsland, a occupé un siège à l’Assemblée de 1919 à 1925 et a travaillé ensuite à la bibliothèque législative de la Saskatchewan de 1926 à 1930.

Née Sarah McEwen en 1882, au Minnesota, Sarah Ramsland est institutrice au Minnesota jusqu’à son mariage avec Magnus O. (Max) Ramsland. Les historiens font noter que Sarah s’est toujours intéressée à la politique. Son grand-père avait siégé à l’Assemblée législative du Minnesota, tout comme le père de Max. Sarah et Max se sont installés en Saskatchewan en 1906, où ils avaient une ferme et où Max travaillait comme courtier immobilier, en hypothèques et en assurances. Ils ont eu trois enfants.

Max Ramsland, libéral, est élu dans la circonscription de Pelly en Saskatchewan lors des élections provinciales de 1917. Un an plus tard, cependant, Max est fauché par la grippe espagnole qui sévit en 1918. Le gouvernement libéral de l’époque, devant tenir une élection partielle, demande à Sarah de se présenter comme candidate. Elle accepte. Selon les historiens, les libéraux ont retenu Sarah Ramsland comme candidate pensant qu’elle attirerait les sympathies des électeurs et voulant également offrir un revenu à la veuve et ses enfants.

Pendant l’élection partielle, un titre de journal de l’époque déclare que « Mme Ramsland brigue les suffrages à Pelly : accompagnée d’une amie, elle sillonne l’arrière-pays pour rencontrer les électeurs ». L’amie, c’était la belle-sœur de Sarah. Elles parcourent la partie septentrionale de la circonscription en voiture, tenant deux rencontres par jour. On rapporte que Mme Ramsland parle « d’une voix claire et ferme » et qu’elle « montre aux gens qu’elle défend les principes libéraux et le gouvernement Martin ». Le journaliste en conclut qu’elle « avait abondamment démontré aux électeurs qu’une femme pouvait représenter une circonscription agricole comme Pelly ».

Sarah Ramsland remporte l’élection partielle de 1919 et prend sa place à l’Assemblée législative en novembre, la toute première députée à l’Assemblée législative de la Saskatchewan. Dans une lettre qu’elle écrit à ses parents le lendemain, Mme Ramsland songe à ce que signifie son élection, à l’accueil chaleureux offert par les députés de l’Assemblée et les associations de femmes, ainsi qu’à ses intentions dans le cadre de son nouveau rôle. Elle déclare : « Si j’avais cru un seul instant que je ne pouvais être fidèle à moi-même, je ne serais jamais entrée en politique. Je suis sûre que mon jugement me servira toujours et que jamais on ne pourra acheter mon vote tout au long de ma carrière politique. »

Sarah Ramsland siège à l’Assemblée législative pendant six ans. Elle est réélue lors des élections provinciales de 1921, mais perd son siège aux élections de 1925. À l’époque, on souligne sa dignité, sa fermeté et sa franchise. Ses discours prononcés à titre de députée laissent entrevoir une personne ambitieuse, positive, éloquente, en mesure de saisir la complexité des problèmes, une personne portée vers la modération, le changement graduel et le consensus. Elle cherche particulièrement à améliorer le système d’éducation de la Saskatchewan. Pendant sa dernière année comme députée, elle dépose une résolution à l’Assemblée législative demandant l’égalité des droits pour les femmes en instance de divorce. (Tous les députés ont voté pour la résolution.) Lors de son premier discours prononcé à l’Assemblée, elle déclare que l’Assemblée législative doit avoir comme objectif de faire de la Saskatchewan la province la mieux gouvernée du Canada.

À la suite de sa défaite au scrutin de 1925, Sarah Ramsland est embauchée par la bibliothèque législative. Les dossiers de la bibliothèque indiquent qu’elle travaille comme commis avant d’être promue bibliothécaire adjointe en 1927, à titre de responsable du service des bibliothèques ambulantes.

Le programme des bibliothèques ambulantes offrait le loisir de la lecture aux habitants de la Saskatchewan qui vivaient dans des collectivités n’ayant pas de bibliothèque publique. À l’époque, les services de bibliothèques publiques étaient encore nouveaux, et il a fallu beaucoup travailler pour mettre sur pied les réseaux de bibliothèques régionales qui desservent la province actuellement. La bibliothèque législative a travaillé avec l’exécutif pour mettre sur pied les bibliothèques ambulantes et a continué à fournir du personnel et du soutien en sus de sa fonction primaire de bibliothèque législative jusqu’à ce que l’exécutif assume les responsabilités administratives du programme. Selon certaines sources, Mme Ramsland aurait travaillé à la bibliothèque législative jusqu’en 1930 et aurait dirigé les bibliothèques ambulantes de la province jusqu’à son deuxième mariage, en 1943.

Outre sa carrière politique, son travail dans les bibliothèques et son rôle de parent, Mme Ramsland a siégé comme présidente du Canadian Club de la Saskatchewan, a été matrone de l’Ordre de l’étoile orientale et a été une des premières présidentes du club des femmes entrepreneures et professionnelles de Regina. Lors de son décès en 1964, le Leader Post évoque son esprit vif, méthodique et perspicace, « sa façon précise de penser et de parler et sa capacité de passer outre les détails anodins et de diriger une réunion avec soin pour obtenir les résultats escomptés ». La fille de Mme Ramsland se souvient d’une mère formidable qui avait connu des années difficiles, qui aimait beaucoup les livres et les chapeaux, et qui « suivait de près la scène politique ».

En 1920, alors que Mme Ramsland était encore députée et n’avait pas encore commencé à travailler à la bibliothèque, l’Assemblée législative a accroché son portrait dans la salle de lecture de la bibliothèque législative pour honorer la toute première députée de la Saskatchewan. La bibliothèque conserve un excellent souvenir de Mme Ramsland, à la fois pour son rôle de pionnière comme première députée à l’Assemblée législative, ses contributions novatrices aux services bibliothécaires et son regard qui veille sur la salle de lecture de la bibliothèque depuis 100 ans!

Notes

1 « Mrs. Ramsland is Making Strong Run in Pelly », Leader-Post, 23 juillet 1919, p. 2 [traduction].

« Breaking New Ground: Sarah Ramsland, MLA, 1919-1925 », Documents and Newspaper Scrapbook, Saskatchewan History, vol. 43, no 2 (printemps 1991), p. 54 [traduction].

« First Woman MLA »Leader Post, 8 avril 1964, p. 23 [traduction].

« Breaking New Ground »Publication, p. 52 [traduction].