Assemblée législative des T.N.O. : les femmes atteignent la parité sans les sièges garanti

Article 2 / 13 , Vol 42 No. 4 (Hiver)

Assemblée législative des T.N.O. : les femmes atteignent la parité sans les sièges garanti

En une seule élection générale, la représentation des femmes à l’Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest est passée de la plus faible à la plus forte au Canada. En outre, en plus de la première ministre, le Conseil exécutif compte maintenant quatre femmes parmi ses six ministres. Dans cet article, l’auteure explique que ces changements spectaculaires sont en partie le fruit d’un important débat que les députés de la précédente Assemblée législative ont tenu en vue d’accroître la participation et la représentation des femmes dans le territoire. Elle se penche sur les mesures spéciales temporaires proposées pour améliorer cette représentation; mentionne d’autres recommandations formulées par les députés pour encourager davantage de femmes à s’engager en politique territoriale; et raconte pourquoi toutes ces conditions réunies ont fini par inciter un plus grand nombre de femmes à briguer les suffrages en 2019.

Julie Green, députée territoriale

Continuer la lecture de « Assemblée législative des T.N.O. : les femmes atteignent la parité sans les sièges garanti »

Mesures spéciales temporaires : une solution possible pour attirer les femmes en politique

Article 15 / 15 , Vol 41 No. 4 (Hiver)

À certains égards, l’Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest a été une pionnière au chapitre de la diversité de la représentation au Canada. Depuis le retour d’un gouvernement pleinement responsable en 1983, la majorité de ses députés ont été autochtones, tout comme tous les premiers ministres, sauf deux. En outre, Nellie Cournoyea fut la première femme autochtone à devenir première ministre d’une province ou d’un territoire du Canada et seulement la deuxième femme à occuper le poste de première ministre au pays. Toutefois, au chapitre de l’élection de femmes à l’Assemblée, le territoire accuse des retards par rapport à de nombreuses autres administrations. À l’heure actuelle, seulement deux des députés sont des femmes (ce qui représente 10 % de l’Assemblée) et, depuis 1999, ce pourcentage de députées n’a augmenté qu’une seule fois, soit en 2007, où celles-ci étaient au nombre de trois (ce qui représente 15,8 % de l’Assemblée). En vue de devenir un organe plus représentatif, l’Assemblée territoriale a adopté à l’unanimité une motion visant à s’assurer qu’au moins 20 % des députés seront des femmes d’ici 2023 et qu’au moins 30 % des députés seront des femmes d’ici 2027. Dans cet article, l’auteure explique le concept de « mesure spéciale temporaire » comme moyen d’atteindre cet objectif. Elle décrit l’expérience du Samoa, une autre petite administration reposant sur des racines de Westminster dans laquelle les femmes étaient fortement sous-représentées au Parlement, afin de démontrer comment les Territoires du Nord-Ouest pourraient réussir à atteindre ces cibles. Elle conclut ses observations en soulignant que les mesures spéciales temporaires constituent une façon d’accroître la représentation des femmes dans les assemblées, mais que d’autres moyens peuvent également s’avérer efficaces selon la culture et les institutions politiques d’une administration.

L’une des priorités de la 18e Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest (T.N.O.) est de soutenir « des initiatives conçues pour hausser le nombre de femmes voulant se présenter à des élections ». Le Président de l’Assemblée législative, Jackson Lafferty, se dit prêt à relever ce défi, tout comme ses collègues députés. Lors de la Journée internationale des femmes, il a exposé sa vision : « Nous avons, à titre de dirigeants élus, la capacité de servir de modèles et de favoriser la modification du statu quo. Nous devons encourager la participation des femmes à tous les aspects du domaine du travail et de la vie en général, mais particulièrement au sein de notre propre législature [TRADUCTION]. »

Continuer la lecture de « Mesures spéciales temporaires : une solution possible pour attirer les femmes en politique »