L’activité politique en ligne au Canada : surenchère et réalité

Article 2 / 9 , Vol 37 No 4 (Hiver)

L’activité politique en ligne au Canada : surenchère et réalité

Que font les Canadiens du contenu politique fourni par les gouvernements, les partis politiques et les parlementaires au Canada? Fondé sur les données tirées du Sondage sur la citoyenneté en ligne au Canada de 2014, l’article porte sur le recours aux communications numériques par les Canadiens pour se renseigner sur la politique, en discuter et y participer. On a constaté que moins de la moitié des répondants utilisent Internet pour participer à la politique canadienne et que la politique reste une activité en ligne de moindre importance pour les Canadiens même si les gouvernements, les politiciens et les partis politiques ont pris les grands moyens pour être présents dans le cyberespace.

Au cours des vingt dernières années, les technologies de communication ont connu une révolution avec l’adoption à grande échelle des réseaux informatiques et des technologies numériques. Elles n’ont pas encore touché que très peu d’aspects de la société, de l’économie et de la culture. Chose peu étonnante, les technologies numériques ont aussi fait leur apparition dans la politique canadienne. Elles ont modifié la manière dont les institutions représentatives communiquent et interagissent avec les citoyens. Vers le milieu des années 1990, les ministères, les partis politiques et les parlementaires du Canada se sont mis à lancer leurs propres sites Web afin d’informer les citoyens, voire les mobiliser. Plus récemment, les médias sociaux, dont Twitter, Facebook et YouTube, sont devenus les piliers de la communication politique au Canada. De même, le Sénat du Canada et la Bibliothèque du Parlement publient des gazouillis. On possède une bonne connaissance de la présence en ligne des gouvernements, des partis politiques et des parlementaires au Canada1, mais on en connaît moins sur le degré d’interaction des Canadiens avec le contenu politique publié par ces divers acteurs2.

Continuer la lecture de « L’activité politique en ligne au Canada : surenchère et réalité »

La politique canadienne en 140 caractères : la vie des partis dans l’univers Twitter

Article 7 / 13 , Vol 33 No 3 (Automne)

La politique canadienne en 140 caractères : la vie des partis dans l’univers Twitter

La technologie numérique a eu de profondes incidences sur la communication politique. Le présent article se concentre sur une application numérique, Twitter. Ce dernier s’inscrit dans une tendance technologique plus large, appelée Web 2.0, qui met le Web en valeur avec davantage d’interaction et de collaboration. De nombreux auteurs ont fait valoir que le Web 2.0 est lié de près à la démocratie électronique et soulignent l’importance de rehausser le rôle des internautes. La démocratie électronique cherche à faire participer les cybercitoyens au processus politique; de nouvelles applications du Web 2.0 sont susceptibles d’accroître leur incidence sur le système démocratique. L’auteure soutient que, bien que de nombreux politiciens canadiens utilisent Twitter, ils le font surtout pour diffuser des informations officielles concernant leur parti. Leur recours à Twitter jusqu’à présent donne peu de signes de leur adhésion aux caractéristiques du Web 2.0.

Continuer la lecture de « La politique canadienne en 140 caractères : la vie des partis dans l’univers Twitter »

Top